Archives mensuelles : octobre 2005

Les Vicariances

Les vicariances

L’observation des gens dans leurs tâches quotidiennes montre que divers comportements permettent d’atteindre le même but. Chacun a des souvenirs de son enfance, de la façon méticuleuse qu’avait sa maman pour peler une pomme en faisant un long serpentin et la façon expresse du papa qui faisait un tas de confettis.  L’enfant, par imitation, va sans doute acquérir la parfaite maîtrise de ces deux comportements et les ranger secrètement dans sa mémoire. Pour peler une pomme, il possède au moins deux comportements ; on peut dire qu’il s’est développé « un catalogue de processus personnels ». Qu’est ce qui va faire que l’individu va choisir le comportement numéro 1 plutôt que le numéro 2 ? Va-t-il choisir celui qui lui convient le plus et ne plus utiliser le second ou au contraire utiliser toute sa vie les deux ? Est ce que tous les individus utilisent leur catalogue de la même façon ?

Passage du simple au complexe, de l’animal à l’humain. Des observations ont été menées sur la locomotion des canards qui permet d’étudier un catalogue de processus importants sur une population importante. En effet, le canard pour se déplacer d’un point à un autre, a le choix entre l’envole, les grands bonds, le sautillement, la marche et la nage. L’analyse montre une importante diversité inter individuelle dans l’utilisation du catalogue de processus et une différence intra individuelle en fonction de contraintes de l’environnement. Chaque comportement possède sa fréquence d’apparition, qui est propre à chaque individu pour un environnement donné. Il y a hiérarchisation des comportements à l’intérieur d’un catalogue, qui se construit probablement par les mécanismes du conditionnement opérant.

L’apparition des comportements pour un individu est modifiée par des contraintes de l’environnement. Par exemple, sous la pluie, un comportement numéro 2 sera systématiquement préféré au numéro 1 pour un canard A, alors que pour un canard B, aucune modification de la hiérarchie ne sera observée dans le même environnement. Il y a modificabilité du comportement selon la situation et, pour l’homme, on peut avancer l’idée d’une modificabilité selon le choix dans certains cas. Peut-on tirer profit de son catalogue de processus personnels ? L’analyse des enfants en situation d’apprentissage permet de répondre positivement à cette question et ouvre sans doute de nombreuses perspectives allant dans ce sens.

Les enfants, avant un certain âge, utilisent uniquement la vision pour stabiliser la position de leur corps (équilibration) dans l’espace. Un peu avant leur entrée en C.P, la maturation des vestibules leur permet de développer un second comportement d’équilibration. Pour chaque individu, une hiérarchisation s’effectue entre les deux comportements. Pendant l’apprentissage de la lecture, les enfants qui utilisent la vision pour l’équilibration rencontrent des difficultés puisque l’œil est partagé par ce double usage. Les instituteurs, pour faire progresser l’élève, peuvent contraindre l’utilisation du comportement d’équilibration visuelle et, par renforcement, favoriser l’apparition du comportement d’équilibration vestibulaire. Pour ce faire, ils peuvent demander aux enfants de lire en équilibre sur une poutre. La contrainte environnementale oblige l’enfant à utiliser ses vestibules, ce qui libère la vue pour la lecture. Par la suite, l’enfant continuera sans doute à utiliser la vision pour s’équilibrer mais, en situation de lecture, l’équilibration vestibulaire restera dominante.

La psychanalyse s’attache à repérer des mécanismes de pensée, à en comprendre le contenu, l’histoire, notamment à travers l’étude de l’interaction avec l’environnement. En complexifiant largement notre représentation du catalogue de processus personnels, en incluant notamment les grandes instances de la topique pour hiérarchiser activement les fréquences d’apparition et en figeant le catalogue dans le temps suite à certains « traumatismes », ne peut-on pas étendre la représentation du catalogue de processus personnels pour obtenir un catalogue des mécanismes de pensée ? Bien entendu, le concept de pensée est trop vaste pour étudier une quelconque fréquence à travers les représentations qui peuvent être construite de façon très différente d’une personne à l’autre. Mais en s’appuyant sur la littérature, le concept « de mécanisme de pensée » semble bien défini et permet un travail comparatif. Doit-on développer d’autres agents que l’environnement et le choix pour expliquer comment sont favorisés certains mécanismes parmi d’autres qui mènent à l’homéostasie ? La régression pourrait-elle être considéré comme la réminiscence d’un mécanisme qui a été déclassé dans la hiérarchie du catalogue. La pathologie pourrait-elle être considéré comme un état figé du catalogue aillant fait face à de fortes contraintes environnementales ? (Exemple : L’enfant qui ne s’oriente pas vers l’équilibration vestibulaire et qui devient maladroit en équilibre visuel suite à cet échec.)

Nicolas Tollar – Octobre 2005