Choisir son psy

Cette lettre répond à un article paru dans une revue généraliste de psychologie qui décrivait l’ensemble des méthodes de psychothérapie. Voici la réponse faite à cet article par Nicolas Koreicho, le 2 février 2001.

Madame,

Votre dossier « Choisir son psy » est tout à fait bien documenté pour accepter qu’on lui apporte une légère critique et un élément supplémentaire. Dans la description très efficace que vous faites des différents mouvements « psy », il manque une hiérarchie qui replacerait la psychanalyse à sa juste place, dès l’instant où elle est clairement spécifiée, en, opposition aux thérapies agissant sur le symptôme et seulement sur celui-ci.
En effet, à l’heure des joies et des drames, des retrouvailles et des séparations, des vraies questions et des mauvaises réponses, la psychanalyse a, plus que jamais, son mot à dire.
En sachant prendre ses distances avec les sous-discours de certains médias et de la rue, des divertissements et les colloques, les cercles et les écoles, la psychanalyse doit proposer une véritable alternative à la société du spectacle, à la solitude des familles, aux actes incompris.
La psychanalyse est la seule à pouvoir donner une explication cohérente des motivations profondes de chacun et de chacune, qu’il soit chômeur, notaire ou amoureux.
En effet, la complexité des contraintes sociales, professionnelles et personnelles auxquelles les personnes, dans la société multiforme d’aujourd’hui, sont soumises, ne profite, en fin de compte, qu’à quelques hommes  de pouvoir.
C’est pourquoi l’interprétation des motivations des uns et des autres, à commencer par ce qui nous fait nous-mêmes agir, réagir ou subir les différents événements de la vie est, plus que jamais, indispensable.
Parce que la psychanalyse est apte à identifier ce qui se trouve derrière une santé défaillante, des relations humaines perturbées, ou des habitudes néfastes, que l’existence nous pose au quotidien, elle nous permet de nommer puis d’affronter les problèmes psychiques qui sont souvent à l’origine de nombreux symptômes physiques et psychologiques.
Des personnes souffrent dans leur corps, dans leur sommeil, dans leur alimentation, sans comprendre ce qui se passe, et sans comprendre pourquoi tel ou tel symptôme se développe.
D’autres souffrent d’une sexualité insatisfaisante, de difficultés à communiquer ce qu’ils voudraient, de la solitude.
D’autres encore ont trop souvent recours à l’alcool, au tabac et aux autres drogues, les conduisant à des dépendances de différente nature, pour tenter d’oublier les véritables questions qui les taraudent. Elles ne sont pas résolues pour autant.
Enfin, il existe toute une gamme de craintes irrépressibles, d’envies inquiétantes, d’obsessions lancinantes, qui peuvent peser sur la vie de tous les jours de façon handicapante.
La psychanalyse peut faire quelque chose contre tout cela. Pas n’importe quelle psychanalyse. Une psychanalyse discutée, expliquée, partagée entre le patient et le thérapeute.
Elle permet que tout ce qu’on n’a pas pu dire sur ce dont on souffre puisse s’exprimer par des mots, révéler une origine aux choses, subjuguer les causes du mal et le neutraliser.
Elle nous fait revivre les situations enfouies, les moments clés, les sentiments refoulés, dans un cadre d’écoute, de compréhension, de bienveillance.
Enfin elle donne les éléments, dans l’interprétation, qui nous permettront de vivre pleinement, de s’épanouir avec d’autres, d’aimer simplement.
Sans être un remède miracle – il est bien des affections, des maladies, des accidents pour lesquels la psychanalyse ne saurait modestement être qu’une psychothérapie de soutien -, sans être non plus la seule, ainsi qu’en atteste votre dossier, la psychanalyse semble pourtant bien constituer aujourd’hui une véritable alternative mais en profondeur, aux émotions destructrices, aux échecs relationnels, aux réponses toute faites et immédiates, que provoque le quotidien, violent, spectaculaire ou insidieux d’une société devenant sans cesse plus complexe à dire, à penser et à vivre.

Nicolas Koreicho
, le 2 février 2001