Ethologie

Ethologie

 » Car ce qui échoit aux fils des hommes échoit aux bêtes ; une seule et même chose leur échoit : ainsi que les uns meurent, ainsi meurent les autres ; oui, tous ont le même souffle ; de sorte que l’homme n’a nulle prééminence sur la bête : car tout est vanité.  »
Ecclésiaste 3 : 19

 

« Aime les animaux : Dieu leur a donné les rudiments de la pensée et de la joie intacts. Ne trouble pas leur joie, ne les tourmente pas, ne les prive pas de leur bonheur, n’œuvre pas contre l’intention de Dieu. »

F. DOSTOÏEVSKI

 

« Qu’on ne se moque pas de la sympathie que j’ai pour elles: la théologie elle-même nous ordonne d’avoir de la mansuétude à leur égard.
Elle considère que c’est un même maître qui nous a logés dans ce palais pour être à son service, et donc que les bêtes sont, comme nous, de sa famille; elle a donc raison de nous enjoindre d’avoir envers elles du respect et de l’affection.
Si on peut discuter de tout cela, il n’en reste pas moins que nous devons un certain respect et un devoir général d’humanité, non seulement envers les animaux, qui sont vivants et ont une sensibilité, mais envers les arbres et même les plantes.
Nous devons la justice aux hommes, et la bienveillance et la douceur aux autres créatures qui peuvent les ressentir.
Il y une sorte de relation entre nous, et des obligations mutuelles.
Je ne crains pas d’avouer la tendresse due à ma nature si puérile qui fait que je ne peux guère refuser la fête que mon chien me fait, ou qu’il me réclame, même quand ce n’est pas le moment. »
« La manière de naître, d’engendrer, de se nourrir, d’agir, de se mouvoir, de vivre et de mourir qui est celle des animaux est si proche de la nôtre que tout ce que nous ôtons aux causes qui les animent, et que nous ajoutons à notre condition pour la placer au-dessus de la leur ne peut relever d’une vision raisonnée.
Comme règle pour notre santé, les médecins nous proposent en exemple la façon de vivre des animaux, car ce mot a été de tout temps dans la bouche du peuple :
Tenez chauds les pieds et la tête;
Au demeurant, vivez en bêtes. »

Michel de MONTAIGNE – Essais

 

A Monseigneur le Dauphin

Je chante les Héros dont Esope est le Père,
Troupe de qui l’Histoire, encor que mensongère,
Contient des vérités qui servent de leçons.
Tout parle en mon Ouvrage, et même les Poissons :
Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes.
Je me sers d’Animaux pour instruire les Hommes.
Illustre rejeton d’un Prince aimé des cieux,
Sur qui le monde entier a maintenant les yeux,
Et qui, faisant fléchir les plus superbes Têtes,
Comptera désormais ses jours par ses conquêtes,
Quelque autre te dira d’une plus forte voix
Les faits de tes Aïeux et les vertus des Rois.
Je vais t’entretenir de moindres Aventures,
Te tracer en ces vers de légères peintures.
Et, si de t’agréer je n’emporte le prix,
J’aurai du moins l’honneur de l’avoir entrepris.

Jean de la FONTAINE (1621 – 1695)

 


Bibliographie Ethologique :

– Baratay (Eric), Le point de vue animal : une autre version de l’histoire, Le Seuil, 2012

– Cyrulnik (Boris), Mémoire de singe et paroles d’homme, Paris, Odile Jacob, 1998

– Cyrulnik (Boris), Sous le signe du lien, Paris, Odile Jacob, 1997

– Desmond Morris, L’éthologie des primates 1978

– Desmond Morris, Le zoo humain 1969

– Desmond Morris, Le Singe nu 1967

– Fontenay (Elisabeth de), Le silence des bêtes : la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Points, Essais, Paris, 2013

– Fontenay (Elisabeth de), Sans offenser le genre humain : réflexions sur la cause animale, Albin Michel, Bibliothèque Albin Michel des idées, 2008

– Karl von Frisch, Le petit livre des insectes [« Das kleine Insektenbuch »], Insel Verlag, 1961

– Karl von Frisch, Le langage de la danse et l’orientation des abeilles [« Tanzsprache und Orientierung der Bienen »], Springer Verlag, Berlin, 1965

– Karl von Frisch (trad. André Dalcq, préface de Pierre-P. Grassé), Vie et mœurs des abeilles [« Aus dem Leben der Bienen »], Albin Michel, Paris, 1984, 255 p. : Ill. ; 23 cm

– La Fontaine, (Jean de), Fables 1668 – 1693

– Lorenz (Konrad), The Foundations of Ethology (1981) ; Les Fondements de l’éthologie, Flammarion, Paris (1984)

– Lorenz (Konrad), On Aggression (1966) ; (titre original : « Das sogenannte Böse. Zur Naturgeschichte der Aggression. », Borotha-Schoeler, Wien, 1963) ; L’Agression, une histoire naturelle du mal (traduit de l’allemand), Flammarion, Paris (1977)

– Lorenz (Konrad), Essais sur le comportement animal et humain : Les leçons de l’évolution de la théorie du comportement, Le Seuil, Paris (1970).
Studies in Animal and Human Behavior Vol I (1970) ; (orig.: « Über tierisches und menschliches Verhalten. Aus dem Werdegang der Verhaltenslehre », Band 1, 1965)
Studies in Animal and Human Behavior Vol II (1971) ; (orig.: « Über tierisches und menschliches Verhalten. Aus dem Werdegang der Verhaltenslehre », Band 2, 1965)

– Matignon, K.-L., Sans les animaux le monde ne serait pas humain, Albin Michel

– Stroz, Nicolas, Y a-t-il de bonnes raisons de comparer la maturation humaine à la maturation animale ou végétale ? Infra

– Tinbergen N. (1967) La vie sociale des animaux. Introduction à la sociologie animale. Payot. Paris, 186 p.

– Tinbergen N. (1971) L’Etude de l’instinct. Payot, Paris


NK – Institut Français de Psychanalyse ©