Supervision

Supervision professionnelle

« Il arrive quelquefois des accidents dans la vie
d’où il faut être un peu fou pour se bien tirer »
François de La Rochefoucauld

Les supervisions s’effectuent de manière collective et/ou individuelle. Chaque cas, chaque pratique, chaque praticien est particulier et implique qu’en soient discutées les modalités organisationnelles.
Il s’agit quoi qu’il en soit pour le professionnel, en formation ou en fonction, en début d’exercice et ensuite de manière régulière (formation continue et idéalement appartenance à une association, un institut) de mettre en perspective, ponctuellement et régulièrement, sa pratique, la justesse de son interprétation et la pertinence de son intervention, à la lumière du regard et du discours contenus et précis d’un professionnel confirmé, formé aux techniques de la supervision.
Les fonctions principales de la supervision doivent permettre à l’impétrant un certain recul sur sa pratique lui offrant, en particulier, la possibilité d’interroger ses méthodes, sa position et sa posture, de confronter son socle théorique, de partager l’analyse de sa clinique, d’analyser le transfert de son interlocuteur, de comprendre son contre-transfert, d’enrichir ses compétences, d’affiner ses capacités, d’affuter son sens clinique, de veiller au bon usage de ses émotions, passées et présentes. Dès lors, les inconscients de l’analyste et du superviseur doivent correspondre, et, au besoin d’ajuster, c’est-à-dire s’interpréter, en une correspondance qui est d’ailleurs indispensable à la profession. Ainsi, par exemple, le superviseur, ayant une certaine connaissance de la vie de l’analyste, devra pouvoir détecter ce qui, dans l’histoire de celui-ci, pourrait interférer dans sa bonne pratique professionnelle avec l’histoire de son patient. Ceci implique que des développements importants de la vie du sujet supervisé, mais aussi de son analyse personnelle, soient abordés, nuancés, mis en relief dans la relation supervisé-vie courante, mais aussi dans la relation supervisé-analyste, et, tout naturellement, dans la relation supervisé-superviseur, soit à l’occasion de séances spécialement consacrées à la supervision, mais aussi bien une partie de la séance ou encore pendant les séances d’analyse du professionnel, en tant que de besoin selon les questions, les associations, les rapprochements réalisés par le professionnel-patient ou le professionnel-superviseur.
Cette pratique du professionnel récemment en exercice ou en formation (d’abord psychanalyste, psychothérapeute, psychologue, psychiatre, mais aussi coach, consultant, formateur, intervenant, travailleur social, conseiller…), sera approuvée, contredite, nuancée, pondérée, validée et éclairée – rapprochée de la vie du sujet – par le professionnel confirmé ou le collège constitué ad hoc afin de lui renvoyer ces appréciations et de lui suggérer des améliorations, des suggestions, concernant les éléments, fond, forme, pertinence, de chacun des gestes de son exercice et de son activité actuelle ou future, lesquels doivent répondre au souci de l’efficacité concrète et précise de son travail, de la bienveillance de sa position, de sa sécurité, de celle de son patient, de son éthique et de sa déontologie, notamment pour tout ce qui concerne l’analyse des systèmes transférentiels et contre-transférentiels, conceptuels et pratiques effectifs. Les tarifs en sont fixés en commun accord et correspondent à ceux de séances ordinaires (50 – 70 euros*) pour une durée minimale de 45 minutes.

Nicolas Koreicho – Juillet 2015 – Institut Français de Psychanalyse©

*Quelquefois en-deçà de 40 €. Quelquefois au-delà de 70 € pour les psys attestant d’un parcours académique et d’auteur d’exception dans une discipline métapsychologique et d’une notoriété clinique d’excellence.


Institut Français de Psychanalyse©

Ecrivez-nous :
Contact

 34RL1H3   Copyright Institut Français de Psychanalyse