Archives de catégorie : Non classé

Metzengerstein – Edgar A. Poe

Metzengerstein – Edgar A. Poe

Saint-Georges et le Dragon (détail) – Paul Rubens, 1608 – Museo del Prado, Madrid

Poe et Baudelaire se retrouvent sur au moins deux constantes stylistiques des plus caractéristiques : l’inspiration d’un univers d’une extraordinaire richesse d’images de toute nature, et la traversée dans le détail et dans tout le mouvement de leur écriture d’un souffle absolument inouï et – oxymore – invariable, du simple choix du mot juste à la narration de l’ensemble du texte et de l’œuvre.
Dans cette courte histoire, tension dramatique, fatalité et métempsycose se croisent dans la Hongrie de la fin du XVIIIème dans les forêts de Transylvanie, peu après l’expulsion des Ottomans du territoire.
Le récit est l’accomplissement fantastique d’une haine ancienne entre deux familles de vieille noblesse austro-hongroise.
Le jeune Frederick, dix-huit ans, baron Metzengerstein, mène une vie de débauche et tyrannise ses vassaux. Son ennemi, le vieux Wilhem, comte Berlifitzing, d’origine turque, concentre en sa personne toute la colère séculaire de la famille du baron. Il y a certainement de l’Œdipe là-dedans.

C’est par l’intermédiaire d’une tapisserie sans cesse contemplée, qui représente la chute du château des Metzengerstein, à l’époque de la bataille de Mohács, en 1526, que le jeune baron entretient sa vindicte vis-à-vis du représentant de la famille honnie.

« Cette haine pouvait tirer son origine des paroles d’une ancienne prophétie : — Un grand nom tombera d’une chute terrible, quand, comme le cavalier sur son cheval, la mortalité de Metzengerstein triomphera de l’immortalité de Berlifitzing. »

De manière subreptice, dans la narration, se développe une conjonction instinctive, qui demeurera mystérieuse, entre l’humain et l’animal dans un environnement d’où semble jaillir « toute l’âme des forêts ».

Nicolas Koreicho

[…] Pendant une nuit de tempête, Metzengerstein, sortant d’un lourd sommeil, descendit comme un maniaque de sa chambre, et, montant à cheval en toute hâte, s’élança en bondissant à travers le labyrinthe de la forêt.

Un événement aussi commun ne pouvait pas attirer particulièrement l’attention ; mais son retour fut attendu avec une intense anxiété par tous ses domestiques, quand, après quelques heures d’absence, les prodigieux et magnifiques bâtiments du palais Metzengerstein se mirent à craqueter et à trembler jusque dans leurs fondements, sous l’action d’un feu immense et immaîtrisable, — une masse épaisse et livide.

Comme les flammes, quand on les aperçut pour la première fois, avaient déjà fait un si terrible progrès que tous les efforts pour sauver une portion quelconque des bâtiments eussent été évidemment inutiles, toute la population du voisinage se tenait paresseusement à l’entour, dans une stupéfaction silencieuse, sinon apathique. Mais un objet terrible et nouveau fixa bientôt l’attention de la multitude, et démontra combien est plus intense l’intérêt excité dans les sentiments d’une foule par la contemplation d’une agonie humaine que celui qui est créé par les plus effrayants spectacles de la matière inanimée.

Sur la longue avenue de vieux chênes qui commençait à la forêt et aboutissait à l’entrée principale du palais Metzengerstein, un coursier, portant un cavalier décoiffé et en désordre, se faisait voir bondissant avec une impétuosité qui défiait le démon de la tempête lui-même.

Le cavalier n’était évidemment pas le maître de cette course effrénée. L’angoisse de sa physionomie, les efforts convulsifs de tout son être, rendaient témoignage d’une lutte surhumaine ; mais aucun son, excepté un cri unique, ne s’échappa de ses lèvres lacérées, qu’il mordait d’outre en outre dans l’intensité de sa terreur. En un instant, le choc des sabots retentit avec un bruit aigu et perçant, plus haut que le mugissement des flammes et le glapissement du vent ; — un instant encore, et, franchissant d’un seul bond la grande porte et le fossé, le coursier s’élança sur les escaliers branlants du palais et disparut avec son cavalier dans le tourbillon de ce feu chaotique.

La furie de la tempête s’apaisa tout à coup et un calme absolu prit solennellement sa place. Une flamme blanche enveloppait toujours le bâtiment comme un suaire, et, ruisselant au loin dans l’atmosphère tranquille, dardait une lumière d’un éclat surnaturel, pendant qu’un nuage de fumée s’abattait pesamment sur les bâtiments sous la forme distincte d’un gigantesque cheval.

Edgar Allan Poe – Metzengerstein (1856) in Histoires extraordinaires, Traduction par Charles Baudelaire

Texte intégral : https://fr.wikisource.org/wiki/Histoires_extraordinaires/Metzengerstein

34RL1H3Copyright Institut Français de Psychanalyse

Le Dr Tony Hill challenge Eros et Thanatos

La Fureur dans le sang (Wire in the Blood) est une série télévisée britannique, créée d’après les romans de Val McDermid, écrivaine écossaise, auteure principalement de romans policiers.

La Fureur dans le sang

Je me pencherai sur l’un de ses héros, le Dr Tony Hill, psychologue.

Côté pro, le Dr Hill se spécialise dans les récidivistes violents et les tueurs en série.

Côté perso, il souffre de troubles de la coordination du développement et dispose de faibles compétences sociales, résultant en partie d’une enfance violentée psychologiquement comme le laissent penser quelques allusions en flash-back.

Côté pro et perso, il est souvent accompagné dans ses enquêtes par l’inspectrice en chef Carol Jordan. Leurs enquêtes se déroulent dans des milieux glauques et violents.

Le Dr Hill et Carol Jordan entretiennent une relation compliquée, mais toujours empreinte de respect et de considération mutuels. Une amitié nait. Sans sexe entre eux.

Le Dr Hill évite d’entrer dans une relation amoureuse avec Carol Jordan en partie à cause de ses soucis de dysfonction érectile (impuissance), cf Le chant des sirènes Val McDermid (1995), mais La Fureur dans le sang n’aborde pas cette explication. Par contre, le Dr Hill est parfois montré comme ayant eu une relation difficile avec sa mère, une femme d’affaires émotionnellement détachée qui a mis au monde son fils alors qu’elle était encore jeune et célibataire, à une époque où une telle chose était considérée comme scandaleuse.

Il est également révélé dans Beneath The Bleeding que sa grand-mère avait l’habitude de l’enfermer dans un placard pendant de longues périodes chaque fois qu’il l’irritait ou faisait quelque chose de mal. De plus, sa mère et sa grand-mère ont utilisé les coups comme punition pour des délits involontaires dans l’enfance ; elles lui hurlent dessus. Du coup, il ne supporte pas de se disputer, d’être disputé. Il dit même : « les adultes crient et ça doit être de ma faute ». Par parenthèse, sans tomber dans une psychanalyse transgénérationnelle sauvage, dans un épisode, suite à une fuite d’eau, son plafond lui tombe dessus ; comme si tous ses ascendants lui urinaient dessus, jusqu’à l’obliger à déménager, à fuir, temporairement certes.

Alors il défend la vie, souvent maladroitement, pour trouver sa place dans la sienne via une approche très sartrienne ; il échange avec le médecin légiste, les officiers de police, reconnaît que parfois il n’y a pas d’explications ni de raisons. Il avance en s’appuyant sur ses inspirations, ses constats et ses analyses, pour mieux anticiper. Eros.

Mais il est sans cesse rattrapé par son vécu, d’ailleurs jamais évoqué dans la série TV (uniquement dans les romans), qui remonte à la surface, lui cause des troubles comportementaux, de l’agoraphobie, des maladresses, des penchants violents (quand il pense avoir une tumeur au cerveau et qu’il s’offre en pâture à un criminel). Thanatos.

Peut-être pour rendre acceptable ses travers, son comportement parfois border line, son étonnante capacité à mettre mal à l’aise ses collègues, le Dr Tony Hill est atteint du syndrome d’Asperger. Ainsi, « ce n’est pas grave, c’est juste qu’il est malade »… qui l’autorise à tout dire, même avec des conséquences négatives ou lui ou ses collègues. Ainsi, ce « sachant fou » est presque une sorte de parrèsiaste (comme le précise Michel Foucault*) « sachant tout » et « disant tout ».

En conséquence, Tony Hill se réfugie dans le travail qui devient une sorte d’addiction (sans en avoir aucune par ailleurs). Il dort peu et mal, arrive au commissariat en pleine nuit après avoir cogité et ouvert des bouquins érudits. En somme, c’est un geek, que le savoir étourdit, non par narcissisme, mais par sublimation et catharsis, probablement en toute conscience, compte tenu de son métier.

Pour le Dr Tony Hill, combattre Thanatos et ses bras armés passe par une croisade personnelle, comme s’il avait à prendre une revanche, celle d’un môme que le regard de la mère n’a jamais soutenu, jamais accompagné. Tony Hill n’a pas eu de mère suffisamment bonne** : elle l’a laissé, lui l’enfant, en souffrance et dans une angoisse néantisante.

L’Eros de Tony Hill vise à lui permettre de se dénéantiser en se révélant à la lumière de la folie meurtrière et thanatéenne de l’Autre, dont il dévoile les mécanismes intriqués. Comme si Tony Hill s’auto-analysait à crime scene ouverte…

Serge-Henri Saint-Michel – Août 2021 – Psychiart©

Références :

  • Michel Foucault, Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Cours au collège de France 1984, Paris, Gallimard Seuil, 2009
  • Donald W. Winnicott, La mère suffisamment bonne, Petite Bibliothèque Payot, 2008

34RL1H3 Copyright Institut Français de Psychanalyse